Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Benoît des nations - AnnemasseUne paroisse aux mille visages aux portes de GenèveParoisse Saint Benoît des nations - Annemasse
Menu

29 ème Dimanche - TO - Année A

Les chemins de la mission
(Vincent Fontaine, diacre permanent)

 

 

Les chemins de la mission

Quels contrastes ! Quelles histoires et quelles ambiances bien différentes entre la lettre de saint Paul aux Thessaloniciens et l'évangile de saint Matthieu. « A vous la grâce et la paix » dit saint Paul à l'Eglise de Thessalonique. « Hypocrites ! Pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve ? » dit Jésus aux pharisiens qui tentent de lui tendre un piège pour le faire condamner. En ce 29ème dimanche ordinaire nous sommes donc devant deux histoires ; un début de lettre à une communauté et un récit où Jésus est mis à l'épreuve. En cette journée mondiale des missions et en cette fin de semaine missionnaire nous pouvons nous demander en quoi ces textes peuvent nous éclairer sur la dimension missionnaire de notre foi. A priori on pourrait penser que nous sommes très loin d'une réalité missionnaire. Dans les faits, nous sommes en présence de deux textes qui nous donnent des éléments de cette dimension missionnaire. Notre méditation portera en conséquence sur deux portraits missionnaires. Le portrait du Christ et le portrait d'une communauté chrétienne.

 

Jésus source et sommet de la figure missionnaire

La figure missionnaire de Jésus je vous propose de la découvrir au travers de ce que disent les pharisiens et au travers de l'attitude de Jésus.

Tout d'abord, il est intéressant de noter que les pharisiens hostiles à Jésus semblent parfaitement le connaître et c'est un portrait très flatteur qu'ils dressent de Jésus. Ils savent, dit l'évangile, que Jésus « est toujours vrai », qu'il « enseigne le chemin de Dieu en vérité », qu'il ne se « laisse influencer par personne » et que ce n'est pas par l'apparence qu'il considère les gens. Voilà en quelques lignes décrit la posture et la personnalité de Jésus. Quelle densité et quelle clairvoyance des pharisiens ! Par ce portrait il est montré combien Jésus est tout entier tourné vers les autres et qu'il souhaite entrer en relation avec toute la personne, avec toutes ses richesses mais aussi avec toutes ses fragilités. Il souhaite avant tout enseigner le chemin de Dieu, le chemin du salut et du bonheur. Cela se traduit dans le texte par un ajout extrêmement important, il enseigne le chemin de Dieu en vérité. 

Ce « en vérité » éclaire bien la suite du texte au travers de la pièce d'un denier. Jésus provoque, dans le bon sens du terme, les pharisiens en les mettant à leur tour à l'épreuve autour de la question « cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » A ce moment Jésus révèle tout son être missionnaire. Jésus n'est pas venu pour gérer correctement les affaires du monde, développer un programme d'actions de gestion de la cité. Non, il confie ce travail à tous et il souhaite que la cité soit bien administrée avec une attention particulière aux plus fragiles. Mais il est venu pour annoncer et rendre visible le salut du monde, un salut déjà effectif dès lors que l'on croit en la personne de Jésus. Il n'y a pas deux mondes opposés mais deux dimensions à vivre. « Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Oui, Jésus tu nous montres le chemin de Dieu, tu es le chemin qui mène à Dieu et c'est cette Bonne nouvelle qui nous constitue disciples missionnaires.

 

Portrait d'une communauté missionnaire

« Ensemble osons la mission ». Ce thème de la semaine missionnaire a guidé à n'en pas douter l'Église de Thessalonique. Quelle belle salutation de Paul à cette Église, « à vous la grâce et la paix » et Paul poursuit : « En effet notre annonce de l'Évangile n'a pas été chez vous simple parole, mais puissance, action de l'Esprit Saint, pleine certitude ». C'est presque un portrait d'une communauté parfaite que Paul nous transmet au travers de cette lettre. N'allons toutefois pas croire que tout était parfait dans cette Église de Thessalonique, tout n'allait pas forcément de soi car il y avait des choix à faire, des actions à mettre en œuvre et vraisemblablement des tensions entre des fidèles. Et pourtant Paul, dans sa clairvoyance de missionnaire, reconnaît la richesse et la fécondité de cette communauté. Il nous donne les critères de cette communauté missionnaire. « Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père ». Une foi active, une charité effective, une solide espérance nous reconnaissons là les trois vertus théologales qui peuvent se retrouver sous les verbes annoncer, servir, célébrer. 

Alors chers frères et sœurs, le dialogue de Jésus avec les pharisiens et cette action de grâce de Paul nous amènent tout naturellement à notre assemblée, à notre communauté et à ce que nous vivons. L'annonce de l'Évangile est-elle pour nous une simple parole ? Une pleine certitude ? Que représente pour nous la Communauté ou le rassemblement de ce matin ? Sommes-nous là par simple habitude, les uns à coté des autres ou notre cœur est-il bien brûlant dans l'ardeur de partager le corps du Christ ensemble ? Quelles sont les bienfaits de notre participation à cet office lorsque nous regagnons notre famille, notre travail ? C'est cet esprit de communauté missionnaire qui nous est demandé de vivre, de faire croître. Soyons donc plus que jamais partie prenante de ce que propose notre communauté. Alors les paroles de Paul retentiront « à vous la grâce et la paix ».

 

Vincent Fontaine, diacre permanent

 

 

Is 45,1.4-6

Ps 95

1Th 1, 1-5b

Mt 22, 15-21