Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

ACCUEIL DES RÉFUGIÉS : des infos

Feuille de route du Pôle SERVIR LA FRATERNITE des paroisses de St Matthieu et St Benoît

Suite au mot de notre évêque de dimanche 13 septembre, situant et relayant l’appel du pape François concernant l’accueil de familles de réfugiés, voici

DES INFOS

Mardi 15 septembre,

A) Nous avons répondu à l’appel de la Mairie d’Annemasse. Etaient présentes les      associations suivantes :

- ANCRAGES
- YELEN
- CROIX ROUGE
- HARLEM
- LIGUE DES DROITS DE L’HOMME
- AGIR
- SECOURS CATHOLIQUE
- EMMAÜS
- PASTORALE DES MIGRANTS
- PÔLE SERVIR DES PAROISSES

M Michel Boucher, maire adjoint à l’urbanisme et Mme Madeleine Fournier, maire adjoint aux affaires sociales, qui avait participé le vendredi précédent à la réunion de 600 élus au ministère de l’intérieur, nous ont fait part des points suivants :

  1. La ville d’Annemasse s’est portée candidate à l’accueil de réfugiés. Le dispositif qui se met en place se construit en concertation avec l’agglomération-
  2. Les réfugiés concernés viennent de 4 pays retenus à cause des violences qu’ils subissent : la Syrie, l’Irak, Le Soudan et l’Erythrée- Notre pays s’est engagé à accueillir 32 000 d’entre eux.
  3. La répartition est faite par une cellule préfectorale coordonnée par Mme Le Bourg, à partir des disponibilités( logements/ accompagnement) fournies par la Mairie.
  4. La Mairie d’Annemasse se propose, pour commencer, de fournir 4 logements, 3 dans un bâtiment prés de l’école Jean Mermoz, normalement réservés pour les professeurs d’école, aujourd’hui vides, en vue d’une remise à neuf, et un appartement, route de Bonneville.
  5. Mme Frédérique Loiseau, directrice du cabinet du maire, a demandé que chaque association présente, définisse et fasse connaître un référent afin de cordonner l’information et l’action.
  6. Autres décisions pratiques :

- Les associations Ancrages et Emmaüs se chargent de l’équipement des appartements mis à disposition par la mairie.

- Création d’un fond de solidarité : des personnes ont apporté de l’argent( paroisse St Benoît), d’autres ont posé la question de cette forme de participation. Il a été demandé si la paroisse St Benoît pouvait le gérer. Le P. Marmilloud a précisé qu’auparavant il fallait en préciser les objectifs et les modalités. A suivre.

- Il s’agit de se préparer à un accompagnement, multiple et de qualité, de personnes d’autres cultures venant de vivre beaucoup de traumatismes : cela nous demande de rassembler beaucoup de disponibilités et de talents divers.

- « Potentialiser nos efforts associatifs », cette remarque de Madeleine Fournier, en conclusion de la réunion est venue en réponse à la question plus large des « réfugiés » déjà présents parmi nous : il y a une source d’énergies à mettre en œuvre dans un travail plus connecté au service de ces personnes.


B) Nous avons vécu une réunion élargie du groupe « DIALOGUE ISLAMO-CHRETIEN », à la Josta, avec plus de 60 personnes, sur ce sujet : « Comme chrétiens et musulmans, comment nous sentons nous concernés par l’accueil des réfugiés ? »

Il y a eu une information

- sur la pratique de chacun, en particulier celle de la pastorale des migrants,
- puis sur la réunion en mairie qui venait de se terminer,
- Avec une mise en perspective historique : cet afflux n’est pas le premier ni le dernier dans notre histoire.

Des points de l’échange qui a suivi :

- Face aux réfugiés, sentiments partagés entre ce que dit mon cœur et ce que dit ma tête : Comment trancher ? c’est important d’en parler librement !

- « Je dispose d’un appartement libre et je me pose la question d’accueillir une famille »

o Cela ne peut se faire seul, il faut une équipe d’accompagnement,
o En faisant connaître cette disponibilité à la « cellule de référence » mise en place par le diocèse ainsi qu’au service de la mairie, il y aura à faire un travail de discernement et de coordination-
o Il faut se préparer à une action dans la durée

- Notre foi, différente, nous donne une vision commune : l’autre, dans le besoin, a droit à mon hospitalité- Il faut partir de cet impératif pour chercher les solutions pratiques.

- Les services de l’Etat, qui nous ignorent facilement, dans une certaine pratique de la laïcité, sont heureux de nous trouver, dans un moment comme celui-ci. Dans l’action véritablement au service du frère dans le besoin, nous pouvons inventer de nouvelles relations.

 

POUR PARTICIPER

1- S’informer et informer, pour dépasser les peurs, les préjugés, les confusions, c’est la 1ère action, inséparable de la prière : nous avons tant à écouter et à dire au Seigneur, à partir de ces frères et sœurs en grande épreuve.

2- Se poser la question de ce que l’on peut faire :
a) Si nous disposons de surface habitable vide,
b) Si nous pouvons donner du temps dans un service d’accompagnement ( apprentissage de la langue, invitation à notre table un jour, accompagner dans la découverte de services, de lieux de vie…)
c) Si nous voulons participer financièrement à un fond de solidarité.

3- Communiquer à la Maison paroissiale ses coordonnées en spécifiant sa disponibilité (a/b/c/) tél 04 50 92 08 05 -N’hésitez pas à ajouter vos suggestions.

 

Pôle SERVIR LA FRATERNITE des paroisses St Matthieu et St Benoît