Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

« Mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu »,

Vincent Fontaine, Diacre permanent

« Mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu », ces mots qui constituent la fin de l'extrait de la première lettre de saint Paul aux Corinthiens que nous venons d'entendre, nous placent dans une heureuse appartenance et filiation. « Vous êtes au Christ », ce Christ qui s'adresse à nous dans l'Évangile de saint Matthieu aujourd'hui. Qu'est-ce que cela veut dire ? Qu'est-ce que le Christ nous révèle de sa personne ? Quelles sont les indications qu'il donne pour comprendre comment nous devenons ses disciples et comment nous sommes appelés, comme lui, à vivre en Dieu ? Pour entrer dans ce discernement, il est nécessaire, comme nous l'indique toujours saint Paul, de quitter notre point de vue ou notre sagesse d'ici-bas. Il nous faut accepter un déplacement radical où nous entrons dans la démesure de l'Amour de Dieu. Je vous invite donc à progresser dans notre méditation autour des deux questions suivantes : comment Jésus se révèle dans l'Évangile ? Et comment sommes-nous appelés à être au Christ ?

Comment Jésus se révèle dans l'Évangile ?
L'évangile de ce jour est la suite de l'évangile de dimanche dernier, et pour mieux répondre à notre interrogation il est nécessaire de reprendre le début l'introduction de l'évangile de dimanche dernier. Le texte commençait comme cela : « En ce temps là, Jésus disait à ses disciples : ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ». Nous le voyons, Jésus a le souci de s'inscrire dans une continuité, celle de la révélation du Dieu d'Amour du peuple d'Israël. Mais ce qui est en jeu au travers de sa venue c'est cette incarnation de l'Amour de Dieu qui est révélée lors du baptême de Jésus au Jourdain. Des cieux venait une voix qui disait « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis tout mon Amour ». Accomplir l'Amour de Dieu sur terre pour sauver les humains, voilà la mission de Jésus. Sa mission est en quelque sorte d'aller jusqu'au bout de la mission de Dieu c'est-à-dire celle d'annoncer que nous sommes sauvés. Aller jusqu'au bout, ce sera l'offrande de sa vie pour ressusciter et nous donner sa vie de ressuscité.
L'évangile d'aujourd'hui conclut le texte sur les commandements où Jésus nous livre deux nouvelles antithèses se fondant sur deux commandements. Le premier : « vous appris qu'il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent. Eh bien ! Moi je vous dis de ne pas riposter au méchant ». Le second : « vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! Moi je vous dis : aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ». Je parlais tout à l'heure du souci de continuité de Jésus dans l'histoire du peuple d'Israël mais nous le voyons bien maintenant il y a aussi une rupture dans la manière de penser et d'aborder les rapports humains. Jésus affirme un amour inconditionnel bouleversant les codes de la société. Jésus bouscule, d'une certaine manière l'ordre social, en soulignant qu'il faut mener au plus loin l'amour du prochain ce qui explique la fin du texte de saint Matthieu quand il parle de perfection comme notre Père céleste est parfait. La perfection du Père c'est son Amour infini, sa miséricorde sans limite. Jésus a incarné cet amour sans limite, voilà ce que nous révèle l'évangile de ce dimanche.

Et nous, comment sommes-nous appelés à être au Christ ?
Eh bien, si j'ose dire, tout simplement, de deux manières. La première c'est de répondre à la question que Jésus pose à ses disciples : « Pour vous qui suis-je ? ». Vous connaissez la réponse de Pierre que nous reprenons à notre compte : « Tu es le Christ ». Être au Christ, c'est reconnaître le Christ, croire en sa présence là, parmi nous, en chacun de nous comme un compagnon de route nous indiquant le chemin, la vérité, la vie. La seconde manière d'être au Christ c'est d'accomplir, avec ce que nous sommes, les commandements de Jésus : aimer Dieu, aimer son prochain comme soi même, aimer ses ennemis. A nous aussi, il nous est demandé d'aller jusqu'au bout de l'amour et c'est bien là l'endroit de la configuration au Christ et du salut de l'humanité. Les ennemis ce ne sont pas forcément des personnes qui veulent nous éliminer physiquement mais les personnes qui répandent plutôt la haine, le mépris, la négation de l'autre. Un vrai combat est alors mené pour faire advenir le respect, la bienveillance. Frère Christophe, moine-martyr de Tibhirine nous livre dans un de ses poèmes ce combat dans les termes suivants : « jusqu'à l'extrême il faut servir dans la vérité et vaincre par l'amitié. Pour gagner le cœur de l'homme il faut AIMER ». Aller jusqu'au bout de l'amour, considérer ses ennemis est un chemin difficile qui demande un autre regard sur l'autre et sur soi-même. Aller jusqu'au bout de l'amour demande de la force. Demandons à l'Esprit Saint de nous aider à nous situer dans la dynamique de l'amour, là où nous sommes. Que l'Esprit nous accompagne pour amener l'amour et la paix; dans nos familles, dans nos lieux de travail, dans notre société si malmenée et traversée par tant de violences. Soyons au Christ et à Dieu.

Vincent Fontaine, Diacre permanent