Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Fête de la Sainte Trinité

Permettez-moi, en cette fête de la Sainte Trinité, une image. J’ai surpris la conversation de 3 personnages un peu particuliers, puisqu’il s’agit du corps, de l’esprit et de l’âme. De quoi parlent ils ? « Qui est le plus important, le meilleur des 3 ? »
(P.Pierre Marmilloud)

C’est le corps qui commence et s’adresse à l’esprit : « sans mes cordes vocales, sans mes mains, sans mon cerveau, que ferais-tu, toi l’esprit ? et toi l’âme, sans moi, tu passerais complètement inaperçue ! »-

L’esprit prend la parole pour rétorquer au corps : « ce que ton œil voit, lit, il va le comprendre, le goûter grâce à qui ? sinon moi ! et toi l’âme, sans moi, il n’y aurait pas de mots, de langage, pas de poème, pas de prière pour t’écouter et te chanter ! »

C’est au tour de l’âme de prendre part à la conversation : « vous le corps et l’esprit, vous vous sentez importants, vous l’êtes d’ailleurs, mais vous oubliez une chose : toi la main, par exemple, que deviens-tu quand tu ne sais plus pour quoi tu travailles, pour qui tu agis ? et toi l’esprit brillant, que deviens-tu quand tu n’écoutes plus ma voix e t que tu ne sais plus d’où tu viens et où tu vas ? »

La conversation s’arrêta et ils tirèrent ensemble une première conclusion : personne n’est le meilleur et chacun a besoin de l’autre différent. Le corps a besoin de l’esprit et de l’âme, l’esprit a besoin du corps et de l’âme, l’âme, du corps et de l’esprit. Qu’on se le dise !

La conversation repartit de plus belle, avec cette question : « quelle était la plus grande joie de chacun ? » le corps, toujours prêt à se manifester, de dire : « ma plus grande joie, c’est par exemple, quand mes mains soignent, créent de la beauté, donnent du bonheur »

Une grande joie pour moi, dit l’esprit, c’est quand les oreilles écoutent et comprennent la voix de l’âme, et toi l’âme, qu’elle est ta plus grande joie ? « c’est quand vous, le corps et l’esprit vous exultez de joie »

Dans cette conversation, à bâtons rompus, du corps, de l’esprit et de l’âme, tombait une 2ème conclusion : la joie déborde quand chacun pense d’abord aux deux autres et que démarre un élan de vie et d’amour où chacun prend sa place, différente et inséparable des autres.

Nous ne sommes pas loin du mystère que nous fêtons, la sainte Trinité. Il ne s’agit pas d’une question extérieure à nous-mêmes, en dehors de notre vie, c’est l’inverse, il s’agit de nous-mêmes, créés à l’image de Dieu. Il s’agit, inséparablement, de Dieu et nous.

Jésus nous le révèle d’une manière formidable : ses mains agissent selon l’Esprit Saint et font la volonté du Père (lépreux, pain) ; ses yeux sont remplis de la lumière de l’Esprit et voient les frères et sœurs que le Père lui donne, son regard manifeste la compassion même du Père. Jésus nous montre l’être humain selon le cœur de Dieu : le corps , l’esprit et l’âme agissent en profonde harmonie pour donner la vie et manifester le Père qui envoie le Fils, rempli de l’Esprit Saint.

Je vous encourage à regarder le mystère de votre vie à la lumière du Christ : il s’agit de mieux connaître qui nous sommes, créés à l’image de Dieu, communion d’amour. Il s’agit de travailler en nous-mêmes la dynamique du corps, de l’esprit et de l’âme, de vivre une vie profondément unifiée et non en morceaux, une vie sociale travaillée par ce foyer divin, capable de surmonter tant de conflits. Créés à l’image de Dieu, communion du Père du Fils et du Saint Esprit, osons lui ressembler en Christ.

Pierre Marmilloud