Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Benoît des nations - AnnemasseUne paroisse aux mille visages aux portes de GenèveParoisse Saint Benoît des nations - Annemasse
Menu

17ème Dimanche -TO- Année C

« Seigneur, apprends-nous à prier »
(P.Pierre Marmilloud)

Notre demande

En voyant Jésus prier, ses disciples lui font une demande : « Apprends-nous ! » est-ce que Jésus leur a donné le goût, l’envie de prier comme lui ? est-ce que leur pratique de la prière les laisse sur leur faim ? est-ce que les difficultés rencontrées les poussent à demander de l’aide ? est-ce que le choix de prier leur apparaît vital, incontournable ? je ne sais pas, par contre je sais que toutes ces questions sont les miennes et j’imagine, d’une manière ou d’une autre, un peu les vôtres. J’ai besoin, nous avons besoin d’apprendre à prier. Alors regardons, apprenons de Jésus.

« Père », c’est le premier mot, c’est le départ de la prière chrétienne : avec Jésus, j’ose appeler le Créateur, Celui qui est de toujours à toujours, moi une créature, mortelle, j’ose cette familiarité, cette confiance affectueuse en disant « Père ». Quelle audace ! Jésus, le Fils unique m’y invite. Il m’appelle à être avec lui dans une attitude filiale, à recevoir ma vie, ce jour, ce monde, me recevoir de Celui qui est SOURCE débordante de vie, avec la marque d’un Amour sauveur étonnant-

« Que ton nom soit sanctifié ! » c’est la première demande de la prière chrétienne et, j’ai le sentiment que c’est celle que j’ai découverte en dernier. De quoi s’agit-il ? ce n’est pas une demande tournée vers nos besoins, elle est tournée vers le Père, lui-même, que son Amour inouï, incroyable, saint, c’est-à-dire tout différent de ce que je sais, soit connu, reconnu : « que ton Amour divin soit respecté comme tel ! que ton Nom soit sanctifié dans mon cœur, mon intelligence, ma volonté, mes relations, notre société, nos peuples, notre humanité, nos univers ! » Que le Dieu trois fois saint, comme nous le chantons, depuis le prophète Isaïe, soit loué par tous les vivants !

Demandes et demande de l’Esprit Saint

Pour expliquer l’attitude du priant, Jésus raconte l’histoire de cet homme qui se permet de déranger un ami en pleine nuit. Il souligne une attitude : « demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira ». Pourquoi cette insistance fait partie de la prière, alors que notre Père du ciel sait ce dont nous avons besoin avant que nous ne lui demandions et qu’il désire, le premier, nous combler ? nous savons, par expérience, que l’insistance, la persévérance, dans la demande fait un travail sur nous-mêmes. Nous passons de notre vision des choses, de nos besoins à une autre vision plus ouverte, plus profonde. Par la prière de demande, nous entrons peu à peu, dans la volonté du Père. Je pense à Jean Paul qui, au début de sa maladie demandait à être guéri, et, par la suite, sa prière est devenue : « Seigneur, donne-moi de vivre ma maladie dans la confiance et la paix en toi »- Nous pouvons confier au Seigneur tous nos besoins autour de la santé, de la famille, du travail, des événements et, dans le même mouvement, notre prière est appelée à se centrer sur le cœur de la prière : « combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » Prier, c’est avec le Ressuscité, demander au Père l’Esprit Saint. C’est vraiment le Don que le Fils et le Père veulent et peuvent nous faire. Avec ce don, notre vie entière, tous nos besoins prennent une autre tournure : nous apprenons à vivre notre vie dans cette dynamique de confiance, d’échange, qui a sa source dans le Père avec le Fils par l’Esprit. La prière nous entraîne dans cette communion étonnante.

« Apprends-nous à prier » est inséparable de « apprends-nous à vivre » en fils et filles de Dieu, en frères et sœurs en Christ. Ce sont les deux faces de la même médaille. Nous avons un maître incomparable sur ce chemin, alors, si vous me le permettez, avant la rentrée, n’oubliez pas vos devoirs de vacances.

P. Pierre Marmilloud