Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Benoît des nations - AnnemasseUne paroisse aux mille visages aux portes de GenèveParoisse Saint Benoît des nations - Annemasse
Menu

TOUSSAINT

Ne nous laissons pas voler la sainteté, notre véritable humanité !
(P.Pierre Marmilloud)

La Toussaint nous prend à contre-pied : c’est l’automne, avec un ciel souvent bouché et la Toussaint nous invite à lever les yeux vers le ciel, la lumière rayonnante des saints ! nous avons dans la tête et dans le cœur ceux que nous appelons les défunts, et la Toussaint c’est la fête des super vivants, ces frères e t sœurs, ces proches, transfigurés par l’Amour ; nous sommes tentés d’en rester à une consolation face à la mort, alors qu’il s’agit d’un appel révolutionnaire à vivre : « Heureux les pauvres, heureux les persécutés…»Comment entendre cette parole de Jésus, une Bonne Nouvelle qu’il a non seulement proclamée mais aussi mise en pratique, lui le pauvre de cœur, le persécuté, le crucifié, le VIVANT !

Ces jours, cette semaine, des réfugiés de la jungle de Calais, arrivent dans notre département, dans notre ville, chacun avec son histoire, souvent une histoire douloureuse, très douloureuse. Est-ce possible de les accueillir avec ces paroles de Jésus dans le cœur : « Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés, heureux ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés » Est-ce possible de les regarder avec ces paroles pleines d’espérance, qui nous appellent à voir plus loin que tous les écrans, les peurs que nous connaissons bien, à voir ces frères et sœurs en humanité, ces frères et sœurs qui nous sont donnés en Christ ? est-ce possible, en vivant cet accueil, d’entendre le Christ nous dire : « Heureux les miséricordieux, il leur sera fait miséricorde », « heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » Qui ne sent le décalage, pour ne pas dire le fossé entre une vision purement humaine et une vision habitée par la foi ? Nous sentons notre pauvreté et en même temps notre soif d’être tout simplement humain. Le Christ, sa Parole nous rejoint dans cette pauvreté et cette soif. Il ne nous donne pas de recette, il fait confiance à notre liberté pour choisir, pour choisir l’unique richesse, si bien exprimée par l’apôtre St Jean, dans la 2ème lecture : « Bien aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu- et nous le sommes »

Quel Mystère d’amour ! « J’étais étranger et vous m’avez accueilli » cette parole d’évangile ne nous dicte pas ce qu’il faut faire ou pas avec chacun des réfugiés, pour cela il y aura un Centre d’accueil et d’orientation( CAO), mais elle nous offre le regard envers chacun, un regard appelé à nous guider, à inspirer nos conversations, nos actes, nos sentiments, nos initiatives, nos engagements.

Cet événement en pleine toussaint, c’est un signe. La lumière de l’Evangile nous est offerte, dans sa pureté : « Heureux les pauvres, le Royaume des cieux est à eux »- La force de l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse. C’est une vraie tentation d’en rester à nos seules forces humaines, de ne pas croire, de ne pas demander la force du Seigneur. Les saints que nous fêtons, chacun à sa manière, a fait cette expérience de croire en l’amour que le Seigneur nous porte et nous donne de vivre, dans notre faiblesse, transformée par son Esprit Saint. Le pape François le dit ainsi : « La sainteté ne signifie pas faire des choses extraordinaires, mais faire celles qui sont ordinaires avec amour et avec foi. »

La Toussaint nous prend par la main pour oser lever les yeux vers notre famille, inséparablement de la terre et du ciel, pour affermir notre marche et notre confiance avec tous ceux qui sont sur notre chemin. Ne nous laissons pas voler la sainteté, c'est-à-dire l’amour qui vient du ciel et nous fait profondément humains, à la suite du Christ.

P. Pierre Marmilloud