Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Benoît des nations - AnnemasseUne paroisse aux mille visages aux portes de GenèveParoisse Saint Benoît des nations - Annemasse
Menu

7ème dimanche de Pâques Année B

L'Évangile de saint Jean que nous venons d'entendre nous relate la prière d'adieu de Jésus aux disciples et cette prière comprend deux demandes.
Vincent Fontaine, Diacre permanent

La première est une demande de protection « Père, garde mes disciples unis dans ton amour ».

La seconde demande porte sur la sanctification pour que ses disciples soient sanctifiés dans la vérité. Ainsi les disciples, nous mêmes, sommes envoyés dans le monde pour être les témoins de la vérité reçue.

Ce 7ème dimanche de Pâques est aussi la 52ème journée mondiale des communications et le pape François a retenu la phrase de saint Jean « La vérité vous rendra libre » Jn 8, 32 et comme sous titre « fausse nouvelle et journalisme de paix ». Alors je vous propose de méditer ce dimanche sur notre mission d'être des chercheurs et des témoins de la vérité en m'inspirant en partie du message du pape François.

 

Chercheurs de la vérité

Vous avez certainement entendu parler dans les actualités des fake news c'est à dire des fausses nouvelles ou de fausses informations qui sont diffusées surtout dans les médias numériques. Ce phénomène s'est hélas répandu dans certains médias gâtant les échanges d'information. Ils rompent d'une certaine manière la confiance que l'on peut avoir dans les moyens d'information alors que l'échange d'informations est par nature un vecteur de service. Nous sommes loin de la devise de l'ancien journal Témoignage Chrétien qui faisait apparaître sous son nom « la vérité quoiqu'il en coûte ». Le commandement d'aimer son prochain comme soi même nous invite chacune et chacun à être des chercheurs de vérité en vue du bien de tous. Heureusement beaucoup de personnes et à commencer par des professionnels de l'information mettent leur fierté dans la recherche de la vérité. Le pape François écrit : « le meilleur antidote contre les faussetés ce ne sont pas les stratégies, mais les personnes : des personnes qui, libres de l'avidité, sont prêtes à l'écoute et à travers l'effort d'un dialogue sincère laissent émerger la vérité ; de personnes qui, attirées par le bien, se sentent responsables dans l'utilisation du langage ». Nous savons tous que communiquer n'est pas toujours facile, toutefois nous devons avoir conscience que nous portons une responsabilité dans la communication quelle qu'elle soit. Communiquer c'est en quelque sorte être responsable du sort de son prochain et par la même occasion de sa propre vie. Nous pouvons à ce stade de notre méditation lier vérité et édification d'une vie fraternelle. Comment en effet imaginer une vie fraternelle qui ne serait pas fondée sur l'échange d'informations justes et vraies ? Comment imaginer une vie fraternelle sans des relations vraies ou justes ? Ces relations justes et vraies ne sont pas toujours évidentes. Nous devons prendre soin de nos relations. Cela passe par une attention à notre communication. Nous avons aussi le pardon ou la réconciliation qui permettent de nous remettre en relation vraie avec notre prochain. Le champ de la recherche de la vérité est donc bien plus large que le simple échange d'informations. Il interroge directement notre manière de communiquer avec les autres et notre lien avec le Christ.

 

Être des témoins de la vérité

En contre point des fake news ou des fausses nouvelles nous avons entendu il y a quelques instants la Bonne Nouvelle. Cette Bonne Nouvelle, c'est la vie de Jésus donnée en abondance et c'est Jésus lui-même qui apporte le salut. Le prologue de saint Jean qui nous est proposé de lire dans nos fraternités missionnaires nous offre de magnifiques paroles « Et le verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité ». Oui, pour nous chrétien la vérité n'est pas seulement une valeur, c'est avant tout le Christ. Revenons à saint Jean. Thomas lui pose la question « comment pourrions-nous savoir le chemin ? Jésus lui répondit Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, personne ne va vers le Père sans passer par moi ». Jn 14, 5a-6 Être des témoins de la vérité n'est donc ni plus ni moins être témoin du Christ qui nous fait entrer dans le mystère de la vie, de la mort et de la résurrection. Ces paroles sont pour nous libératrices et nous amènent à vivre avec Jésus en communion avec nos frères et sœurs. Bien entendu, cette posture de témoin du Christ se reçoit et se construit chaque jour. La compréhension de ces paroles de Jésus n'est pas forcément évidente et il faut se laisser « travailler » par l'Esprit Saint pour entrer dans ce beau mystère. En d'autres termes, suivre Jésus et croire en lui c'est accepter d'être vrai avec soi même, avec Jésus et avec les autres. Le mot sincérité est peut être plus parlant. Croire en Jésus c'est être sincère avec soi et les autres c'est à dire exclure autant que possible les ténèbres, les mauvaises pensées, les masques que l'on peut construire. Oui, la vérité vous rendra libre, oui, le Christ nous rend libre, quelle bonne nouvelle. Alors demandons à Dieu de ne pas tomber dans les fausses nouvelles, de savoir discerner avec courage et confiance là où est la vie et la vérité de son Amour. Prions aussi Marie, icône de la vérité humaine, pour que nous soyons, comme elle, témoin de la vérité quelque soient les difficultés.

 

Vincent Fontaine , Diacre permanent

 

Ac 1, 15-17. 20a.20c-26

Ps 102

1Jn 4, 11-16

Jn 17, 11b-19